Concours biennale de Paris - 1971

En septembre 1971, ce fut au public lui-même de proposer ses propres progressions, ses propres désirs. En faisant éclater le phénomène en refusant d’imposer ma version personnelle et en donnant à autrui la possibilité d’exercer son choix et sa propre expression, le dialogue était possible et ouvert, chacun intervenant au niveau du phénomène créateur.

Le premier concours des progressions se déroula en octobre 1971, à la fois dans le cadre de la 7° Biennale de Paris où j’étais invité et hors de ce lieu, dans le champ social global. Il s’agissait, par voie postale, de faire parvenir une progression choisie, quelle qu’elle soit. Chacun recevait un règlement du concours et un bulletin réponse.

Le rituel des prix décernés fut respecté avec humour. Un jury de cinq membres composé de Jacques Caumont, Jean-Michel Janin, Jean-Marc Poinsot, Daniel Pype et Raphaël Sorin décida de la pertinence et de la valeur des envois. Un tampon mentionnait sur l’envoi la date, les points et la place obtenus et le tout était aussitôt retourné à chacun des participants1La liste des gagnants, affichée dans différents lieux parut dans la revue ArTitudes de décembre, avec un poster de la photo du lauréat : Joel Charbonnel, alors garçon de café à L’Ariel, près du Pont-neuf à Paris.

 

1 Citons le début de cette liste des 112 gagnants au concours des progressions : 1° prix : Charbonnel Joel, 2° prix : Mahaut Jacques, 3° prix : Martin, 4° prix : Sautier Jean-Luc, 5° prix : Chause Ida, 6° prix : Chauveau Raymond, 7° prix : Gobenceaux Alain, 8° prix ex aequo : Vaye Marc, Mandin Dany, 10° prix : Lebegue Alain, 11° prix : Boltanski Christian…